Lignes de Repères Lignes de Repères Lignes de Repères Lignes de Repères
  Lignes de Repères
  Accueil   Lignes de Repères
  Lignes de Repères
Présentation Lignes de Repères
  Lignes de Repères
Catalogue Lignes de Repères
  Lignes de Repères
A paraître Lignes de Repères
  Lignes de Repères
News Lignes de Repères
  Lignes de Repères
Mises à jour Lignes de Repères
  Lignes de Repères
Dossiers thématiques Lignes de Repères
  Lignes de Repères
Evénements Lignes de Repères
  Lignes de Repères
Votre avis Lignes de Repères
  Lignes de Repères
Contacts Lignes de Repères
  Lignes de Repères
Partenaires Lignes de Repères
  Lignes de Repères
Crédits Lignes de Repères

 

Lignes de Repères
 

 
 

 
Les pays baltes : un voyage découverte
Antoine JACOB
 
 

Pays baltesLes pays baltes
Un voyage découverte

Antoine JACOB

210 pages
19 €
ISBN : 978-2-915752-43-4

Extraits de l’ouvrage

Introduction

Quels sont ces pays baltes qui ont rejoint l’Union européenne au 1er mai 2004 ? Comment vivent leurs habitants, à quoi rêvent-ils, quel héritage amènent-ils avec eux dans notre Europe ?

Le dynamisme de leur croissance économique a marqué les esprits, tout autant que le reflux spectaculaire entamé en 2008. En France, la capitale lituanienne Vilnius n’est plus nécessairement associée dans les esprits au drame Trintignant-Cantat : des informations propres à ce pays ont peu à peu gommé ces souvenirs. Le fait que la ville soit l’une des capitales européennes de la culture pour l’année 2009 y contribuera encore davantage. Riga (Lettonie) et Tallinn (Estonie), quant à elles, sont desservies par des compagnies aériennes à bon marché, qui charrient leurs lots de touristes et de curieux.
Toutefois, l’objectif de ce livre, mieux saisir la réalité actuelle de la région, demeure. Au-delà des impressions touristiques et des lectures de presse, elle reste méconnue de ce côté-ci de l’Europe, hormis du noyau d’aficionados qui ont trouvé là un terrain de prédilection encore mal exploré. L’annexion de l’Estonie, de la Lettonie et de la Lituanie par Staline en 1940, et leur intégration forcée à l’Union soviétique, ont inévitablement brouillé la perception que nous nous faisions de ces petites nations, nées au lendemain de la Première Guerre mondiale. Tout en haut à droite de la carte de l’Europe, leur emplacement géographique, aux confins de la Pologne, de la Russie et de l’espace nordique, n’a pas contribué à une observation régulière et durable de ces peuples qui, eux, n’aspiraient pourtant qu’à nous ressembler.
La longue et tragique parenthèse soviétique étant fermée depuis 1991, les trois États baltes ont repris tant bien que mal le fil de leur jeune histoire indépendante. Chacun d’entre eux avance à son rythme, avec ses spécificités, ses atouts et ses problèmes. De loin fort semblables, ne serait-ce qu’à cause de leur passé récent, les trois pays ne constituent évidemment pas un bloc monolithique d’à peine sept millions d’habitants. Comme tous voisins, ils sont assez différents les uns des autres. Cela se manifeste tant dans la langue que dans la religion et les mentalités.
(…)

Il faut aussi résoudre le dilemme identitaire qui taraude ces nations baltes, dont les populations décroissent peu à peu. Elles pourront difficilement éviter de s’ouvrir davantage sur les minorités qui vivent à leur côté. Une telle démarche, encore impossible à cause d’un passé douloureux trop proche, comporte des risques. Mais il faudra un jour savoir les prendre. Un renfermement sur soi-même n’apparaît pas à terme une solution viable, ni pour les uns ni pour les autres. De même, les minorités russophones auraient intérêt à jouer la carte de la coopération avec les autochtones et à ne pas se laisser bercer par les manœuvres de Moscou, dont le cynisme n’a d’égal que l’ampleur de ses intérêts dans la région. Pour commencer, ces minorités seraient bien inspirées de ne pas croire que le fait de devenir citoyen européen leur permettra de faire l’économie d’une appartenance à des pays qui les accueillent bon gré mal gré.
Ce livre se veut avant tout un voyage dans les pays baltes d’aujourd’hui. Certes, ils ne peuvent être compris sans références à l’histoire, dont le poids se fait sentir de manière peut-être plus présente ici qu’ailleurs en Europe. Mais l’idée, tout du long de ces dix-neuf chapitres, est de privilégier les témoignages directs, les rencontres avec des acteurs des changements en cours ou de simples citoyens. Certains ont disparu depuis, d’autres sont devenus des familiers, voire des amis. La part belle sera faite aussi à la visite de lieux symboliques, à des choses vues et perçues au fil de voyages réguliers entrepris dans ces pays depuis une dizaine d’années.


 
Dossier thématique (fiches pays) : >>>
 
Retour catalogue : >>>