Lignes de Repères Lignes de Repères Lignes de Repères Lignes de Repères
  Lignes de Repères
  Accueil   Lignes de Repères
  Lignes de Repères
Présentation Lignes de Repères
  Lignes de Repères
Catalogue Lignes de Repères
  Lignes de Repères
A paraître Lignes de Repères
  Lignes de Repères
News Lignes de Repères
  Lignes de Repères
Mises à jour Lignes de Repères
  Lignes de Repères
Dossiers thématiques Lignes de Repères
  Lignes de Repères
Evénements Lignes de Repères
  Lignes de Repères
Votre avis Lignes de Repères
  Lignes de Repères
Contacts Lignes de Repères
  Lignes de Repères
Partenaires Lignes de Repères
  Lignes de Repères
Crédits Lignes de Repères

 

Lignes de Repères
 

 
 

 
Islamisme combattant en Asie du Sud-Est
 
DOSSIER THEMATIQUE autour de l’ouvrage

L'islamisme combattant en Asie du Sud-Est
Philippe MIGAUX
Préface de Gérard Chaliand

240 pages (avec cartes et bibliographie)
Prix : 22 €
Format : 16 X 24

Sortie : septembre 2007
ISBN : 978-2-915752-29-8



Glossaire
Bibliographie

Rédiger un glossaire sur un sujet concernant l’islam nécessite bien sûr quelques précautions. On a donné ici pour les termes musulmans leur acceptation courante dans le contexte sud est- asiatique ou celle généralement usitée par les islamistes combattants.

Le lecteur soucieux d’élargir ses connaissances se reportera aux ouvrages spécialisés, en particulier l’Encyclopédie de l’Islam.

 

  GLOSSAIRE

:: A :: B :: C :: D :: E :: F :: G :: H :: I :: J :: K :: L ::
M :: N :: O :: P :: Q :: R :: S :: T :: U :: V :: W :: X :: Y :: Z


A

Abou Sayyaf Group (Groupe du porteur de sabre) : mouvement terroriste philippin fondé en 1992 à Jolo par le vétéran afghan Abdul Rajak Janjalani, ancien cadre du MNLF, avec l’appui financier de Jamal Mohamed Khalifa, beau-frère d’Oussama Ben Laden. Prétendant lier son combat à celui du jihad international, le groupe s’est rapidement singularisé par ses dérives criminelles (enlèvements et extorsions de fonds) et la violence de ses actions (meurtres de civils et décapitations d’otages).
 
Al Ghuraba (les Etrangers) : cellule extérieure de la Jemaah Islamiyah fondée en 1999 à Karachi (Pakistan) par Hambali pour fonder une nouvelle génération de cadres et resserrer les liens avec Al Qaïda. Elle a été démantelée en septembre 2003.

Al Irsyad : mouvement réformiste indonésien fondé par Ahmad bin Mohamed Surkati, au début du XXe siècle, spécialisé alors dans l’éducation de la communauté d'origine arabe.

Al Ma’hunah  (la fraternité du pouvoir intérieur) : groupuscule clandestin malaisien fondé en 1992 par l’Indonésien Mohamed Amin Razali,  ancien militant du Darul Islam et vétéran afghan. Il est dissous en 2000, après avoir commis différentes actions subversives en Malaisie.
 
Al Jihad  (la guerre sainte) : organisation terroriste égyptienne fondée en 1974 par Abdeslam Faraj, exécuté en 1981 pour son implication dans l’assassinat du président Anouar Al Sadate. Le mouvement, plusieurs fois décapité en Egypte, disposait d’une branche extérieure dont le principal responsable était Ayman Al Zawahiri, devenu aujourd’hui le numéro deux d’Al Qaïda.

Alim (pl. ulama) (docteur de la Loi) : spécialiste des sciences religieuses.

Angkatan Belia Islam Malaysia (ABIM, Mouvement de la jeunesse malaise) : mouvement fondamentaliste malaisien d’inspiration idéologique proche des Frères musulmans.

Asas tunggal [principe unique] : politique d’uniformisation idéologique du président Suharto, qui a imposé en Indonésie l’idéologie nationale du pancasila en 1985 comme fondement unique aux partis politiques et organisations sociales. Le pancasila rassemble lui-même cinq principes, dont celui de la croyance en un Dieu unique.

B

Badan Komunikasi Pemuda Masjid Indonesia (BKPMI, Association pour la communication entre les jeunes des mosquées en Indonésie) : organisation radicale indonésienne fondée en 1976. Il dispose de branches régionales, les BKPM.

Badan Koordinasi Intelijen Negara (Bakin, Département de coordination des renseignements de l’Etat) : service de renseignement civil indonésien du régime de Suharto. Il a été remplacé depuis 1998 par le Badan Intelijen Negara (BIN, Département des renseignements de l’Etat).

Balik Islam (Retour à l’Islam) : mouvement de prédication philippin formé à la fin des années 1990 par des catholiques convertis à l’islam, souvent lors de séjours comme travailleurs immigrés au Moyen-Orient. Présent essentiellement dans la région de Manille, il est influencé par les thèses wahhabites.
 
Bangsa Moro Islamic Armed Forces (BMIAF, Forces armées musulmanes du peuple moro) : force militaire du MILF, organisée en bataillons.

Bangsa malayu[communauté malaise] : concept d’identité malaise fondé sur le sentiment de triple appartenance à une race, une culture et une religion communes. Présent essentiellement en Malaisie et dans le Sud de la Thaïlande, il est parfois revendiqué par certains mouvements indonésiens.

Barisan Nasional Pembebasan Pattani (BNPP, Front national de libération du Pattani) : premier groupe combattant de l’islam thaïlandais à appeler ouvertement à l’indépendance par la lutte armée.
 
 Barisan Revolusi Nasional (BRN, Front de la révolution nationale) : mouvement séparatiste musulman dans le Sud de la Thaïlande, fondé en 1960 par des ustaz pour créer un Etat spécifiquement régi par la loi islamique et pouvant être rattaché à la Malaisie. La principale de ses scissions, la BRN Coordinate (BRN-C, Coordination du BRN), visait en 1970 l’indépendance pure et simple.  A la fin des années 1980, il s’était recentré sur la prédication religieuse,  fondant au fil du temps  un réseau informel de pesantren et d’associations. Il est considéré comme l’initiateur du nouveau phénomène insurrectionnel apparu à partir de janvier 2004.

Bersatu [Unité] : plateforme unitaire des mouvements séparatistes islamiques du Sud de la Thaïlande apparu en 1991. Il est le principal interlocuteur dans les négociations engagées par Bangkok de façon informelle à partir de juin 2005 avec le soutien direct de la Malaisie, qui avait accordé un appui discret sur son territoire à plusieurs de ses cadres.

C

Charte de Jakarta [Piagam Jakarta] : accord controversé de la Constitution indonésienne de 1945 entre représentants d’un nationalisme séculier et dirigeants de l’islam politique. Supprimé à la dernière minute, le 18 août 1945, il mentionnait l’obligation faite aux musulmans indonésiens de suivre la sharia, sans précision autre que « suivant le principe d’une humanité juste et civilisée ».

D

Dai : prédicateur.

Dakwah, daawa  [prédication] : invitation à accepter la parole de Dieu, l’islam. Au XXe siècle, le terme est employé dans le sens de prosélytisme.

Dar ul harb [Terre de la guerre] : désigne le territoire des infidèles qui doit être converti à l’islam par la prédication ou la conquête.

Dar ul suhl [Terre de la trêve] : domaine où les musulmans  acceptent la coexistence avec les infidèles, à la condition que ceux-ci reconnaissent la suprématie de l’islam en se soumettant au paiement d’un tribut et au respect d’un certain nombre d’interdits.

Darul Islam  [Terre de l'islam] : également le nom du mouvement combattant indonésien fondé par Kartosurwiryo à Java ouest le 7 août 1949 et dont la rébellion gagna Aceh, Sulawesi sud et Kalimantan.

Daulah islamiyah : territoire islamique. Terme utilisé par la Jemaah Islamiyah pour désigner un Etat islamique transrégional en Asie du Sud-Est, différent du Negara Islam de Kartosurwiryo, qui acceptait l’existence des frontières de l’Etat indonésien.Le Daulah islamiyah Nansatura [Etat islamique nansatourien] visait ainsi à regrouper dans une même entité les zones historiques de l’islam, c’est-à-dire l’Indonésie, la Malaisie, Singapour, Brunei et la partie méridionale des Philippines et de la Thaïlande.

Daurah : réunion de plusieurs usroh où les membres assistent à des cours et discussions sur des thèmes religieux et politiques.

Dewan Dakwah Islamiyah Indonesia (DDII, Conseil de prédication de l’islam indonésien) : mouvement de prédication indonésien fondé en 1967 par d’anciens cadres du Masyumi et peu à peu inspiré par l’idéologie salafiste. Le DDII est un mouvement islamiste radical. Son organe de presse, Media Dakwah, met l’accent sur la supériorité de l’islam et les menaces qui l’entourent dans un monde qu’il voit dominé par des pouvoirs occultes anti-islamiques. Il a été dirigé par Mohamad Natsir jusqu'à sa mort, en 1993.

E

Emir : chef militaire d’une communauté ; par extension, désigne le chef politique d’une organisation ou d’un parti se réclamant de l’islam.

F

Fatwa (pl. fatawa) [jugement religieux] : avis d’un juriste sur un point de droit musulman (voir mufti).

Fiqh [connaissance de l’islam] : jurisprudence.  Elle touche selon les pays le droit civil (en particulier pour les questions concernant la famille, l'héritage et la propriété), le droit pénal et le droit constitutionnel.

Fondamentalisme : volonté d’un retour aux textes fondateurs de l’islam, qui marque généralement l’idéologie des groupes combattants.

Forum Komunikasi Ahlu Sunnah wal-Jama’ah (FKASWJ, Forum de communication des fidèles de la Sunna et de la communauté du Prophète) : groupe religieux indonésien formé par Jaffar Omar Thalib à Yogyakarta. Sa branche armée de 1998 à 2002 a été le Laskar Jihad.

Front Pembelam Islam (FPI, Front des défenseurs de l’islam) : milice indonésienne  fondée en 1998 par  Habib Rizieq afin de rétablir l’ordre musulman dans les quartiers de Jakarta et des grandes villes indonésiennes. Ses militants sont en grande partie des individus désocialisés qui trouvent une identité dans des activités proches de la délinquance.

G

Gabungan Melayu Patani Raya (GAMPAR, Association pour un grand Pattani malais) : premier mouvement séparatiste musulman du Sud de la Thaïlande, au début des années 1950,  il véhicule une idéologie panmalaise.

Gamaat Islamiya  (groupe musulman) : organisation égyptienne fondée en 1972 autour du sheikh Omar Abderhammane et fortement implantée dans les milieux étudiants. Elle passe progressivement à la lutte armée après les Accords de camp David. Le sheikh Omar Abderhammane, un vétéran afghan de la première génération,  est considéré comme le signataire de la fatwa condamnant à mort le président Anouar Al  Sadate. Il a été condamné à la prison à vie aux Etats-Unis pour son implication dans le premier attentat jihadiste contre le World Trade Center en 1993.

Gerakan Aceh Merdeka (GAM, Mouvement pour l’indépendance d’Aceh) : organisation séparatiste fondée, le 4 décembre 1976 par Hassan Di Tiro, pour recréer l’ancien sultanat d’Aceh, la « véranda de la Mecque ». Il disposait d’une branche combattante, l’Agakan GAM (AGAM, Armée du GAM). Après trente ans de combat, le GAM a accepté en 2006 d’abandonner la lutte armée en échange d’un nouveau statut autonome pour la province d’Aceh. Le bilan de ces trois décennies de guérilla avec l’armée indonésienne est estimé à 30 000 morts.

Gerakan Mujahidin Islam Pattani (GMIP, Mouvement des combattants de Dieu de l’islam pattani) : créé en 1994  dans le Sud de la Thaïlande par le vétéran afghan Nasori Saeseng. Comme son homologue malaisien le KMM, il s’inscrit dans la mouvance idéologique du jihad international et tisse des liens étroits avec des cadres de la Jemaah Islamiyah.

Gerakan Pemuda Islam Indonesia (GPII, Mouvement de la jeunesse musulmane indonésienne) : ancienne organisation de jeunes du Masyumi indonésien, dont le DDII se veut l’héritier.

Guerre d’Aceh (1873-1907) : révolte menée au nom du jihad par le sultan d’Aceh pour résister à l’autorité coloniale hollandaise, qui avait mis en place un système judiciaire marginalisant les qadi, les juges musulmans locaux.

Guerre de Java (1825-1830) : révolte menée au nom du jihad par le sultan de Yogyakarta, pour résister à la colonisation hollandaise.

H

Hadith (traditions) : ensemble des textes rapportant les actes ou les paroles du Prophète ou son approbation tacite de paroles ou d'actes effectués en sa présence.

Haj, haji  (pèlerin) : titre de celui qui a fait le pèlerinage à La Mecque.

Hidayatullah : réseau de pesantren radicales fondé à Kalimantan est (Indonésie), au début des années 1970.

Hizb al Islami Al Aghanistan(HIA, Parti islamique d’Afghanistan) : parti moujahidin afghan, fondé par le chef de guerre wahhabite Gulbuddin Heykmatyar, très proche d’Abdullah Azzam. C’est dans ses structures d’entraînement qu’ont été formés un certain nombre de volontaires étrangers, quelques Asiatiques mais surtout les  Algériens qui allaient fonder en 1993 le Groupe Islamique Armé (GIA).

Hizbullah(Parti de Dieu) : milice musulmane fondée sous l'occupation japonaise, bras armé du parti Masyumi durant la lutte pour l’indépendance. Son nom a été repris par une des milices islamistes pendant les jihads des Moluques et de Célèbes.

Hizb-ul Tahrir ul Islami  (Parti de la libération islamique) : les branches présentes en Indonésie et en Malaisie depuis les années 1980 se réfèrent à l’organisation du même nom créée par des Frères musulmans en 1953 en Jordanie et rapidement interdite. Le Hizb-ul Tahrir aspire en Indonésie à l’instauration de la sharia et l’établissement d’un nouveau califat unissant l’ensemble du monde musulman. Clandestin durant une vingtaine d’année, il s’est développé au sein du mouvement tarbiyah, particulièrement dans les universités et instituts de technologie. Depuis 1998, il organise régulièrement des manifestations de masse et s’est montré particulièrement actif dans la mobilisation contre la guerre en Irak. Il est aujourd’hui très proche du MMI. En Malaisie, il est plus discret et a demandé en 2006 son inscription en association.

Hudud(sg. hadd) [limite] : sanction prévue par la loi islamique pour des crimes spécifiques considérés comme des offenses à Allah, comme les relations sexuelles illicites (flagellation) et le vol (main coupée).

I

Id al-fitr : fête marquant la fin du ramadan.

Ijma [consensus] : constitue la troisième source du droit musulman après le Coran et la Sunna. Il s’agit traditionnellement du consensus des oulémas. Pour les modernistes, ce consensus est celui des représentants élus du peuple.

Ijtihad [raisonnement individuel] : en droit islamique,  l'utilisation de la méthode du raisonnement par analogie. C'est Muhamad Idris Al Shafi'i (767-820) qui rejette l'utilisation du raisonnement discrétionnaire en droit religieux et identifie la fonction légitime de l'ijtihad avec l'emploi du kiyas qui consiste à tirer des conclusions par la méthode de l'analogie ou du raisonnement systématique en partant du Coran et de la Sunna du Prophète. Vers le milieu du IXe siècle s'implante l'idée que seuls les grands savants du passé ont le droit de le pratiquer et de le fixer.

Ikhwan Muslimin [les Frères musulmans] : organisation fondamentaliste et anticolonialiste fondée en 1928 en Égypte par Hassan Al Banna. Celui-ci a élaboré une originale stratégie à long terme de prosélytisme par le bas pour construire l’Etat islamique.

International Crisis Group (ICG) : organisation indépendante, basée à Bruxelles, travaillant pour la résolution des conflits dans le monde, avec des analystes présents dans plus de trente pays. L’ICG possède des bureaux de représentation dans douze pays, y compris à Jakarta. Il est financé par de nombreux gouvernements et des fondations caritatives dans le monde entier. Ses contributions, en particulier celles rédigées par Sydney Jones, ont été très utiles à la rédaction du présent ouvrage.

International Islamic Relief Organisation  (IIRO, Organisation internationale du secours islamique) : une des principales ONG caritatives saoudiennes. Elle a fourni un appui logistique clandestin aux groupes islamistes combattants.

Islah[réforme] : désigne le phénomène de réflexion né dans le monde musulman face à la colonisation européenne à partir de la fin du XIXe siècle. Caractérisé au départ par l’apparition d’un mouvement libéral et moderniste décidé à intégrer une partie des valeurs des sociétés occidentales,  il  provoque par rebond l’émergence d’un courant fondamentaliste dont sont héritiers la majorité des  mouvements islamistes radicaux actuels.

Islamisme : concept qui représente l’utilisation politique de l’islam.

Islamisme combattant : concept employé pour désigner les mouvements musulmans qui ont recours à la violence armée pour fonder un Etat islamique.

Islamisme politique : concept, défini à partir des années 1980 en Occident,  pour désigner les mouvements musulmans qui veulent, par des moyens légaux, utiliser l’islam pour réformer, voire bouleverser les systèmes institutionnels et les modes socioculturels d’un ensemble géopolitique, généralement national.

Islamisme radical :concept employé designer les mouvements musulmans qui cherchent à transformer entièrement l’ensemble institutionnel et les modes socioculturels d’un ensemble géopolitique, sans forcément s’arrêter aux frontières nationales.

Ittiyhad ul Mujahidin ul Islami (IMI, Alliance des moujahidines de l’islam) : groupe moujahidin afghan fondé en 1980 par le salafiste afghan Abdul Razul Sayyaf. Il a entraîné au jihad anti-soviétique la quasi-totalité des volontaires asiatiques de la première génération (1984-1992).

J

Jahiliyah  [âge des ténèbres] : état d’ « ignorance » antérieur  à l’islam.

Jama’at al-Tabligh (Groupe de ceux qui prêchent) : mouvement de prédicateurs fondamentalistes fondé en 1927 en Inde par Muhammad Ilyas pour redonner de la ferveur aux musulmans isolés.

Jamat islami (Groupe islamique) : mouvement fondamentaliste fondé dans l’Union indienne en 1941 par Mohamed Al Ala Mawdudi sur le mode idéologique des Frères musulmans égyptiens.

Jamayetul Mujahideen Bangladesh (JMB, Groupe des combattants de Dieu du Bangladesh) : organisation combattante bangladeshie fondée en 1998 par le sheikh Abdurhaman. Interdite en 2004, elle est considérée comme responsable de la plupart des attentats islamistes commis au Bangladesh pour obtenir l’application de la sharia. En ses rangs servent – comme éléments associés – plusieurs centaines de réfugiés rohingya.

Jemaah Islamiyah : 1) terme désignant de manière générale une communauté rassemblant des musulmans ; 2) organisation terroriste fondée en 1993 par deux émirs dissidents du Darul Islam, Abdullah Sungkar (décédé en 1999) et Abou Bakar Bashir, pour fonder par la prédication et la lutte armée un Etat islamique régional regroupant  les terres musulmanes d’Asie du Sud-Est.

Jemaah Mujahidin Anshurollah (Groupe des combattants agissant dans la voie de Dieu) : réseau informel de militants indonésiens qui aurait été fondé au début des années 1970 par Abdullah Sungkhar pour perpétuer à Java centre l’idéologie du Darul Islam– selon les accusations portées à son encontre par la justice indonésienne.

Jihad [effort] : 1) Le « grand » jihad est l’effort spirituel que doit accomplir en permanence tout musulman pour appliquer les règles de l’islam. 2) Le « petit » jihad est le devoir ponctuel de défendre l’islam quand il est attaqué, voire de combattre pour son expansion. Les réinterprétations successives du concept de « petit » jihad permettront l’émergence de la doctrine du salafisme combattant, d’où surgira dans les années 1970 la mouvance jihadiste internationale, qui applique une conception permanente et offensive de la guerre sainte.

Jihad fi sabililiyah (jihad sur le chemin de Dieu) : expression utilisée par la Jemaah Islamiyah pour justifier la permanence de la guerre sainte offensive jusqu'à l’application de la sharia et l’instauration du califat en Asie du Sud-Est.

K

Kafir (pl. kuffar) [mécréant] : terme applicable aux non-musulmans, mais également utilisé par les islamistes radicaux contre les musulmans jugés trop libéraux. (cf. même racine : takfir, excommunication).

Kampulan Mahadi (mouvement de Mahadi) : groupuscule islamiste malaisien formé en 1970 par  l’imam  Mahadi pour réclamer l’instauration de la sharia. Il fut dissous en 1972.

Kampulan Revolusi Nasional (KRN, Mouvement révolutionnaire national) : groupuscule islamiste malaisien formé en 1980 par un résident libyen, Ibrahim Mahmoud. Il fut dissous en 1995.

Komando Jihad[commando de la guerre sainte] : groupes combattants formés dans les années 1970 par d’anciens militants du Darul Islam qui voulaient à nouveau bâtir l’État islamique indonésien.

Komite Aksi Penanggulungan Akribat Krisis (KOMPAK, Comité d’action pour une solution de crise) : ONG salafiste indonésienne fondée en 1998 par un homme d’affaires de Makassar, Tamsil Linrung, le 1er août 1998. Il a joué un rôle actif dans les jihads des Moluques et de Célèbes. Un certain nombre de ses militants sont toujours impliqués dans la violence armée en Indonésie, souvent en liaison avec des membres de la Jemaah Islamiyah.

Komite Indonesia untuk Solidaritas dengan Dunia Islam (KISDI, Comité indonésien pour la solidarité avec le monde musulman) : fondé en 1987 par des militants appartenant à l’aile la plus conservatrice du DDII pour dénoncer sur le plan politique le complot anti-musulman.

L

Lashkar e Taeba  (LeT, l’Armée des purs) : groupe combattant pakistanais consacré au jihad cachemiri, il est la branche armée du Jamaat ul Daawa (Groupe de la prédication) fondée par deux fondamentalistes pakistanais et Abdullah Azzam. Une partie de ses cadres a été formée dans les camps afghans d’Al Qaïda.  Après son interdiction en 2002 au Pakistan, ses militants les plus radicaux se sont orientés vers le jihad international.

Lashkar Hizbullah (LH, Groupe du Parti de Dieu) : organisation indonésienne, fondée à Banten (Java ouest) en juillet 1998 par Cecep Bustomi,  qui a repris l’appellation de la milice islamiste autorisée sous l’occupation japonaise. Elle est depuis sa naissance fortement lié au FPI (l'avant-garde des défenseurs de l’islam) et  réclame  l’instauration de la sharia en Indonésie. Plusieurs centaines de ses membres ont participé au jihad de Célèbes, où ils ont joué un rôle actif dans l’attaque de villages chrétiens de la région de Poso. L’organisation a prétendu avoir envoyé des militants en Afghanistan, fin 2001, pour combattre aux côtés des Talibans contre l’invasion américaine, mais cette information n’a jamais été confirmée.

Lashkar Jihad :milice du FKASWJ indonésien, menée par Jaffar Omar Thalib, particulièrement active dans le jihad des Moluques et de Célèbes et autodissous, sous pression des autorités, en octobre 2002.

Lashkar Khos (milice d’action) : groupe d’opération spéciale de la Jemaah Islamiyah,  formé de militants expérimentés et placé sous l’autorité directe de l’émir de la mantiqi. Dans la pratique, seule la mantiqi 2 a disposé d’une Lashkar Khos dont une partie des militants a participé à l’attentat contre l’hôtel Mariott.

Lashkar Mujahidin (milice des combattants de Dieu) : structure paramilitaire du Majlis Mujahidin Indonesia.

Lembaga Dakwah Kampus (LDK, centres de dakwah du campus) : réseau d’étudiants indonésiens qui participe dans les années 1980 à la renaissance de l’islam politique.

Lembaga Ilmu Pengetahuan Islam dan Arab (LIPIA, Institut des études islamiques et arabes) : institut indonésien lié au mouvement réformiste Al-Irsyad et à l’Arabie Saoudite.

Luqman al Haqiem (pondok) : nouvelle école coranique fondée en février 1990, par Abdullah Sungkar et Abou Bakar Bashir dans la banlieue de Johor Bahru (Malaisie), sur le modèle du pondok N’Gukri. Il a été fermé par les autorités malaisiennes en début 2002.

M

Madhhab, mazhab : école de droit de l’islam sunnite. Il en existe quatre : shaféite, hanafite, malikite et hanbalite.

Madrasah (pl. madaris [séminaire] : dans le monde musulman, établissement d’enseignement théologique et juridique à niveaux multiples, formant divers types de personnel des institutions judiciaires et religieuses des communautés musulmanes. En Asie du Sud-Est, école musulmane comprenant aussi des élèves non pensionnaires. La plupart des madrassas asiatiques ont adopté le cursus des écoles non religieuses, tout en offrant un enseignement religieux.

Majlis al Shura (conseil consultatif) organe de decision collegiale des principaux mouvements islamiques. Il assiste l’emir

Majlis Islam A'laa Indonesia (MIAI, Conseil suprême islamique d'Indonésie) : fédération des groupes musulmans formée en 1937 et qui devint plus tard le Masyumi.

Majlis Mujahidin Indonesia (MMI, Conseil des moudjahidines d’Indonésie) : organisation radicale indonésienne créée en août 2000 (lors du congrès de Yogyakarta par Abou Bakar Bashir, pour obtenir par la voie politique l’application de la sharia en Indonésie. Elle est considérée comme la vitrine politique de la Jemaah Islamiyah, même si une partie de ses membres appartient à un cercle plus large et n’est pas favorable à la lutte armée.

Majlis Qidayah Markaziyah (conseil des affaires administratives généralement désigné sous l’appellation de Markaz) : organe de commandement supérieur de la Jemaah Islamiyah.

Majlis Syuro Muslimin Indonesia (Masyumi, Conseil des musulmans d'Indonésie) : créé en 1943, il est devenu le parti politique des musulmans modernistes jusqu'à son interdiction par Soekarno en 1960. Une partie de ses cadres, réduits un temps à l’action clandestine, ont formé par la suite les différents mouvements de l’islam radical indonésien inspiré par les thèses du salafisme.

Maktab ul Khedamat (MUK, Bureau des services) : organisation moujahidine fondée en 1984 au Pakistan pour assurer l’accueil et l’encadrement des volontaires musulmans désireux de participer au jihad antisoviétique. Dirigé à Peshawar par Abdullah Azzam et Oussama ben Laden, le MUK donne naissance à la fin des années 1990 à Al Qaïda.

Malino : nom des Accords qui ont officiellement mis fin aux conflits des Moluques et de Célèbes (1999-2002).

Mantiqi[région] : structure territoriale de la Jemaah Islamiyah, divisée en district [wakalah], groupement [sariyah], bataillon [katibat], compagnie [kirdas], section [fiah] et groupe [toifah].

Marzul [guide] : 1)  Nom du chef d’une communauté.  Considéré comme d’origine soufie, il a été adopté par Hassan Al Banna à la tête des Frères Musulmans. 2) Chef d’une structure réduite de la Jemaah Islamiyah.

Medical Emergency Relief Charity  (Mer-C, Secours caritatif d’urgence médicale) : ONG saoudienne spécialisée dans l’aide médicale, qui a été utilisée comme relais logistique par les groupes islamistes combattants indonésiens et philippins.

Misuari Breakaway Group (MBG, Groupe de résistance pro-Misuari) : groupe combattant philippin formé à Jolo par les derniers partisans de Nur Misuari, ancien chef du MNLF, pour empêcher sa destitution du poste de gouverneur de l’ARMM (Autonomous Region of Muslim Mindanao) après les élections de novembre 2001. Il est considéré comme proche d’Abou Sayyaf, dont les cadres historiques ont fait leurs premières armes au MNLF.

Moro : surnom donné aux musulmans du Sud des Philippines par les colonisateurs espagnols en référence aux combats de la reconquista contre les Maures. Il a depuis été utilisé par ces populations pour désigner leur communauté (bangsa moro).

Moro Islamic Liberation Front  (MILF, Front islamique de libération moro) : groupe armé philippin, dissident du MNLF en 1976, fondé par Hashim Salamat. A sa mort en juillet 2003, il a été remplacé par le vétéran afghan Hadj el Murad.  L’organisation mène un combat de guérilla  pour créer un État islamique indépendant dans le sud des Philippines. Elle est engagée depuis 2003 dans un processus de négociations visant à obtenir un statut d’autonomie plus large pour la zone musulmane de Mindanao et a coupé ses liens avec les organisations jihadistes internationales, en particulier Al Qaïda et la Jemaah Islamiyah. Un certain nombre de ses combattants – souvent dénommés les rogues MILF (MILF radicaux) –, en particulier les anciens du Special Operations Group (Groupe des opérations spéciales, dissous en 2003) refusent cette nouvelle stratégie et poursuivent leur collaboration avec le groupe Abou Sayyaf et quelques militants en fuite de la Jemaah Islamiyah.

Moro National Liberation Front  (MNLF, Front national de libération moro) : groupe armé philippin fondé en 1970 par Nur Misuari pour obtenir par la lutte armée l’indépendance de Mindanao. Il a signé un accord de paix avec les autorités philippines en 1996 en échange de la création d’une zone musulmane autonome à Mindanao.

Mouvance jihadiste internationale : désigne l’ensemble des groupes islamistes combattants, à l’origine différents et dispersés, qui ont fait du jihad un moyen d’action avant de le transformer en unique objectif, prétendant intégrer leur lutte à une dynamique mondiale.

Mufti  [juriste] : il prononce les fatwas.

Muhammadiyah (Les Fidèles de Mahomet) : organisation fondée en 1912 à Java ouest. Elle a une première dimension « réformiste », purifiant la pratique de l’islam de la coutume et du soufisme dans la ligne du wahhabisme et une seconde « moderniste », par la création d’écoles accordant une grande place aux matières non religieuses, et contribuant ainsi à l’intégration des milieux musulmans stricts au système éducatif national. C’est aujourd’hui la plus importante organisation musulmane d’Indonésie.

Mujahidin Arakan Party(Parti des combattants de Dieu d’Arakan) : mouvement fondé en 1947 en Birmanie pour revendiquer la création d’un Etat autonome en Arakan, conformément aux engagements pris par les Britanniques pendant le second conflit mondial.

N

Nahdlatul Ulama (Renaissance des oulémas) : association d’oulémas formée en 1926 à Java est pour défendre les pratiques de l’islam traditionaliste en Indonésie, que de nouveaux mouvements musulmans réformistes tentaient d’épurer en condamnant les  pratiques soufies et les coutumes d’origine ante islamiques. Elle est aujourd’hui la seconde organisation musulmane d’Indonésie.

Negara Islam Indonesia (NII, État islamique d’Indonésie) : déclaré par Kartosurwiryo en 1949. Après l’exécution de son fondateur en 1962, le mouvement du Darul Islam s’est réorganisé clandestinement à plusieurs reprises malgré la répression des autorités indonésiennes. Ses héritiers ont repris dans les années 1990 l’appellation de Negara Islam Indonesia ou  N sebelas  [N onze], en référence aux onze régions militaires de l’organisation.

N’Gukri : nom souvent donné au pondok radical fondé en 1971 par Abdullah Sungkar et Abu Bakar Bashir, d’après le village où il est situé dans la périphérie de Solo (Java centre).

O

Orde baru [Ordre nouveau] : nom donné au régime de Suharto dont le coup d’Etat a mis fin, en 1965, à  la « démocratie dirigée » de Soekarno considérée comme l’orde lama [Ordre ancien]. Il s’est terminé lors de la chute de Suharto, en mai 1998, qui a donné naissance à la reformasi [réforme].

Oum al Quran (la mère des cités) : 1) référence à la « mère des cités » qui renvoie à la fois à La Mecque et au titre de l’ouvrage réformiste paru en 1899. 2) ONG koweïtienne présente en Thaïlande comme au Cambodge et soupçonnée d’avoir apporté un soutien à l’islamisme radical. Sa structure cambodgienne a été fermée par les autorités de Phnom Penh en raison de liens supposés avec Hambali.
 
Oumma :communauté musulmane universelle (également nommée en Indonésie, umat islam).

P

Padri : désigne les religieux impliqués dans la guerre de Minangkabau à Sumatra ouest, dans la première moitié du xixe siècle. Le terme vient de l’expression « orang  Pidari » ou hommes de Pedir, en référence à ceux qui faisaient le pèlerinage à La Mecque en partant du port acehnais de Pidie.

Pancasila : idéologie nationale indonésienne depuis 1945, du sanskrit panca [cinq] et sila [principes]. Selon sa dernière version, le pancasila comprend : 1) la croyance en un Dieu unique, 2) l’humanité juste et civilisée, 3) l’unité indonésienne, 4) la démocratie conduite avec sagesse, dans la concertation et la représentation, 5) la justice sociale.

Partai Bulan Bintang (PBB, Parti du croissant et de l’étoile) : parti islamique radical indonésien, proche du DDII, demandant l’application de la sharia. Très minoritaire.

Partai Keadilan Sejahtera (PKS, Parti de la justice et de la prospérité) : second parti radical indonésien, dénommé avant 2004, Partai Keadilan (PK, Parti de la justice).  Issu du mouvement usroh/tarbiyah, il est passé de 1,3 % en 1999 à plus de 7 % en 2004.

Party Islamic Se Malaysia (PAS, Parti islamique panmalais) : principal parti d’opposition islamique malaisien.

Patani (sultanat de) : situé au nord de la péninsule Malaise, il a joué, après les sultanats de Malacca (sud-est de la péninsule) et d’Aceh (Sumatra) un rôle essentiel dans la diffusion de l’islam en Asie du Sud-Est. Il est passé, dès la fin du XIXe siècle sous la domination du Siam qui l’a formellement annexé en 1902.

Patani United Liberation Organization (PULO, Organisation unie de libération patani), qui devait devenir la plus importante des organisations combattantes du Sud musulman. Il éclate en 1998 et sa branche politique prend la dénomination de New PULO a l’idéologie plus visiblement islamiste.

Pedoman Umum Perjuangan Jemaah Islamiyah (PUPJI, Manuel des règles de la lutte du groupe musulman) : guide institutionnel de la Jemaah Islamiyah.

Pemuda  (Jeunesse) : organisation des jeunesses musulmanes du Sud de la Thaïlande, fondée par des cadres du BRNC. Elle aurait permis – avec le Pusaka (Héritage), une association caritative à l’origine semblable – de fonder une nouvelle génération de séparatistes musulmans responsables de la reprise de l’insurrection  en janvier 2004.
 
 Pentagone Group (Groupe Pentagone) : organisation criminelle philippine présente dans la zone musulmane de Mindanao et formée par d’anciens militants du MILF.
Persantuan islam (Persis, Organisation de l’islam) : créé en 1923 à Bandung, ce mouvement réformiste radical auquel appartenait Mohamad Natsir, a eu une influence importante sur l’islam radical indonésien.
 
Pesantren (pensionnat coranique indonésien) : souvent située dans un hameau éloigné des villes. Les élèves, santri, y sont pensionnaires.

Piagam Madinah :Charte de Médine, concept proposé en 2002 par le PKS, en remplacement de la Charte de Jakarta. Chaque religion serait traitée également et appliquerait sa propre loi religieuse, y compris la sharia pour les musulmans.

R

Rabitat al-Alam al-islami (RAI, Ligue islamique mondiale) : ONG saoudienne impliquée dans le soutien aux mouvements islamistes combattants.

Rabitat ul Mujahidin (Ligue des combattants de Dieu) : structure informelle de réunion fondée en 1999 par Abou Bakar Bashir et Hambali pour fédérer les organisations islamistes combattantes d’Asie du Sud-Est au profit de la stratégie régionaliste de la Jemaah Islamiyah.

Radio Dakwah Islamiyah Surakarta (DDIS, radio de prédication musulmane de Surakarta) : fondée par Abdullah Sungkar et Abou Bakar Bashir en 1967 et interdite par les autorités indonésiennes en 1973.

Rajah Suleiman Movement (RSM, Mouvement Rajah Soleiman) : groupe terroriste philippin proche d’Abou Sayyaf, formé d’une cinquantaine de convertis du Balik Islam et présent dans la région de Manille. Il a été majoritairement démantelé en août 2005. Son leader Ahmed Santos est le beau-frère de Khaddafy Janjalani.

Rampan Keluan Kecil (RKK, petites unités combattantes en langue malaise) : appellation régulièrement utilisée depuis 2006 par la presse thaïlandaise pour désigner les rebelles du Sud. Elle ne correspond en fait qu’à une expression générique (groupes d’action) et non à l’intitulé d’une nouvelle organisation.

Reformasi :nom donné au mouvement de « réforme » né en 1998 en Indonésie, qui comprend non seulement un changement de gouvernement, mais également, à plus long terme, une réforme des institutions en faveur de la démocratie.

Republika Moluka Selatan (RMS, République des Moluques du Sud) : association chrétienne radicale, fondée en 1997 pour contester l’installation de migrants musulmans aux Moluques (Indonésie). Sa revendication à l’indépendance du Sud du territoire est un des facteurs qui provoquera deux ans plus tard le conflit interconfessionnel.

Rohingya Solidarity Organization (RSO, Organisation de solidarité du Rohingya) : mouvement combattant formé en 1980 par des réfugiés rohingya dans les camps de Cox Bazar (Bangladesh). L’organisation, aidée matériellement par l’ONG saoudienne Rabitat al-Alam al-Islami (Ligue islamique mondiale) affirme clairement sa stratégie indépendantiste en termes religieux.

S

Salafiya : au sein de l’école hanbalite,  elle désigne un ensemble de mouvements radicaux qui  prônent  le retour à l’islam des origines – celui du Prophète et de ses premiers compagnons, les pieux ancêtres (salâf). Son premier théologien est le Syrien Ibn Tammiya.

Santri : étudiant des pesantren, les écoles coraniques indonésiennes, et, dans les années 1950, expression utilisée pour désigner à Java un musulman pratiquant par opposition aux abangan.

Sarekat Islam  (Ligue islamique) : premier mouvement indépendantiste indonésien, fondé au début du XXe siècle à l’idéologie islamiste. Kartosurwiryo et Soekarno en sont tous les deux issus avant de devenir des adversaires  irréductibles à la fin des années 1930 et de s’opposer pour la conquête du pouvoir de 1947 à 1962.

Shafi‘iyya, shaféite : l’une des quatre grandes écoles théologiques et juridiques de l’islam sunnite, fondée par l’imam Shafi. Elle est très largement majoritaire dans toute l’Asie du Sud-Est, où sa pratique est influencée par le soufisme mais aussi par les coutumes religieuses locales antérieures à la propagation de l’islam. On parle aussi d’école shaféite.

Sharia[voie] :ensemble des injonctions, révélées dans le Coran et la Tradition, qui sont au fondement du droit islamique.
 
Shura[consultation].

Sunna [tradition]:coutume normative du prophète Mahomet ou de la communauté primitive, consignée après la mort du Prophète par les traditionalistes. L'imam al-Shafi la fit reconnaître comme fondement de l'islam après le Coran.

T

Takfir [excommunication] : désigne par extension  la condamnation de tout musulman qui ne respecte pas les principes de l’islam originel mythifié et plus généralement les innovations religieuses jugées déviantes, en particulier celles du soufisme.

Tasawuf : pratique de la vie mystique,  suivie par les soufis.

Tawhid : unicité de Dieu, monothéisme.

Tentara Islam Indonesia (TII, Armée islamique d’Indonésie) : le mouvement combattant de Kartosurwiryo.

Traité Bates (20 août 1899) : Accord signé entre les autorités coloniales américaines et les chefs moros qui permet la première expérience de territoires musulmans autonomes, mais se conclut rapidement par un échec.

U

United Malaya National Organization (UMNO, Organisation nationale des Malais unis) : parti musulman majoritaire en Malaisie.

Usroh [cellules] : groupes cloisonnés d’une dizaine de membres pratiquant un islam communautaire, inspirés des Frères musulmans, et apparus dans les années 1970 en Indonésie. Les islamistes radicaux locaux, dont Abou Bakar Bashir, ont largement utilisé ce mode structurel pour recruter et endoctriner de nouveaux militants.

Ustaz : enseignant religieux.

W

Wahhabisme : doctrine religieuse de l’Arabie Saoudite née de l’adoption au XVIIIe siècle par la tribu des Saoud de la doctrine d’Ibn Wahhab, continuateur de la pensée salafiste d’Ibn Tammiya. Elle constitue aujourd’hui le principal courant du salafisme.

Wali : saint musulman dans la tradition soufie, celui qui est « proche de Dieu ».

Waqqf : bien de mainmorte.

Z

Zakat : impôt religieux levé en principe annuellement au taux de 2,5 % du capital.

Zina : relations sexuelles considérées comme illicites par la loi coranique, incluant l’adultère, la prostitution, l’homosexualité et plus généralement toute relation sexuelle hors mariage.

*

  BIBLIOGRAPHIE

Ouvrages généraux sur la violence politique :

BALENCIE Jean-Marc et LA GRANGE (de) Arnaud, Mondes rebelles, Paris, Michalon, coll. Documents, tomes 1et 2, 2001, 1677 p.

BALENCIE Jean-Marc et LA GRANGE (de) Arnaud, Les nouveaux mondes rebelles : conflits, terrorismes et contestations, Paris, Michalon, 2004, 503 p.

BAUD Jacques, Encyclopédie des terrorismes et violences politiques, Panazol, Lavauzelle, coll. Renseignement et guerre secrète, 2003, 300 p.

BERGEN Peter L., Holy War, London, Phoenix ed., 2002, 320 p.

BURKE Jason et BURY Laurent, Al Qaïda : la véritable histoire de l’islam radical, Paris, La Découverte, coll. Cahiers libres, 2005, 312 p.

CHALIAND Gérard, Stratégies de la guérilla, Paris, Payot, 1994.

CHALIAND Gérard (sous la direction de), Les stratégies du terrorisme, Paris, Desclées de Brouwer, collection Culture de Paix, 2002, 250 p.

CHALIAND Gérard, L’arme du terrorisme,  Paris, Audibert, 2003, 156 p.

CHALIAND Gérard, BLIN Arnaud et MIGAUX Philippe (sous la direction de), Histoire du terrorisme, de l’antiquité à Al Qaïda, Paris, Bayard, 2006, 718 p.

Collectif,  Dico rebelle 2004,  Paris, Michalon, 2003, 825 p.

COOLEY John K., CIA et jihad, 1950-2002 : contre l’URSS une désastreuse alliance,  Paris, Autrement, collection Frontières, 2002, 286 p.

DOYLE Nail, Terror Base UK: Inside a Secret Base, London, Mainstream Publishing Company, 2006.

HOFFMAN Bruce, La mécanique terroriste,  Paris, Calmann-Lévy, 1999, 302 p.

HUSSAIN Zahid, Frontline Pakistan. The Struggle with Militant Islam, Lahore, Vanguard Books, 2007.

KEPEL Gilles, Jihad : expansion et déclin de l’islamisme, Paris, Gallimard, 2003, 751 p.

KEPEL Gilles, Fitna. Guerre au cœur de l’Islam, Paris, Gallimard, 2004, 380 p.

KEPEL Gilles (sous la direction de),  Al Qaïda dans le texte, Paris, Presses Universitaires de France, 2005, 440 p.

LAIDI Ali et SALAL Ahmed,  Le Jihad en Europe : les filières du terrorisme islamiste, Paris, Seuil, collection L’épreuve des faits, 2002, 290 p.

LAQUEUR Walter, No End to War: Terrorism in the Twenty First Century, New York, Continuum, 2003, 288 p.

LAQUEUR Walter, Voices of Terror, New York, Reed Press, 2004, 520 p.

LAWRENCE Bruce (ed.), Messages to the World: the Statements of Osama Bin Laden, Washington, Verso, 2005, 225 p.

LEHR Peter, Piracy in the Age of Terrorism: A Global Review of Tactics, Capabilities and Groups, New York, Routledge, 2006.

MEDDEB Abdelwahab, La maladie de l’islam, Paris, Seuil, coll. La couleur des idées, 2002, 221 p.

MARRET Jean-Luc (dir.), Les fabriques du jihad, Paris, Presses Universitaires de France, 2005, 335 p.

MUTAHARRI Morteza, Jihad and Shahadat, Houston, Institute for Research and Islamic Studies, 1986, 198 p.

RANA Muhammad Amir, A to Z of Jehadi Organizations in Pakistan, Lahore, Mashal Books, 2006, 231 p.

RANDAL Jonathan, Oussama: la fabrication d’un terroriste,  Paris, Albin Michel, 2004, 411 p.

RASHID Ahmed,  L’ombre des Taliban,  Paris, Autrement, 2001, 283 p.

YOUSAF Mohammad et ADKIN Mark, The Bear Trap, Afghanistan’s Untold Story, Lahore, Jang Publishers, 1992.

Ouvrages généraux sur l’Islam :

ALILI Rochdy, Qu’est-ce que l’islam ?, Paris, La Découverte, Coll. Poche/Essais, 2000, 381 p.

BENZINE Richard, Les nouveaux penseurs de l’Islam, Paris, Albin Michel, 2004, 289 p.

BOUCHET Christian, Islamisme, Paris, Pardès, 2002, 128 p.

BURGAT François, L’islamisme en face, Paris, La Découverte, 1995, 262 p.

CARRE Olivier, Mystique et politique, le Coran des islamistes, lecture du Coran par Sayyid Qutb, Frère musulman radical (1906-1966),  Paris, Editions du Cerf, 2004, 381 p.

CHARNAY Jean-Paul,  L’Islam et la guerre : de la guerre juste à la révolution sainte, Paris, Fayard, 1986, 354 p.

CHARNAY Jean-Paul, Principes de stratégie arabe, Paris, L’Herne, 2003, 650 p.

Collectif, The Encyclopaedia of Islam, Leiden, E.J. Brill, 1960-2005, 13 vol.

GARDET Louis, Les hommes de l’islam : approche des mentalités,  Editions Complexe, coll. Historiques, 1999, 443 p.

GUNARATNA Rohan,  Al Qaïda : au cœur du premier réseau terroriste mondial,  Paris,  Autrement, 2002, 291 p.

FERRO Marc, Le choc de l’Islam, Paris, poches Odile Jacob, 2003, 247 p.

ILETO Raynaldo, Religion and Anti Colonial Movements, in The Cambridge History of Southeast Asia, vol. 3, Cambridge, Cambridge University Press, 1994, 467 p.

LEWIS Bernard,  The World of Islam, Thames and Hudson, London, 1976, 256 p.

LEWIS Bernard, Que s’est il passé ? L’Islam, l’Occident et la modernité, Paris, Gallimard, 2002, 229 p.

MAUDUDI  Mohamed  Al Ala, Jihad fi Sabillillah [le Jihad en Islam], Birmingham, UK Islamic Mission Dawah Center, 1995, 213 p.

MERVIN Sabrina, Histoire de l’islam. Fondements et doctrines, Paris, Flammarion, coll. Champs université, 2000, 311 p.

MOTTAHEDEH Roy, The Mantle of the Prophet: Religion and Politics in Iran, New York, Simon and Scuster, 1985, 416 p.

POPOVIC Alexandre et VEINSTEIN Gilles (dir.), Les  Voies d’Allah. Les Ordres mystiques dans le monde musulman des origines à aujourd’hui, Paris, Fayard, 1996, 711 p.

POTIN Jacques et ZUBER Valentine (sous la direction de), Dictionnaire des monothéismes,  Paris, Bayard, 2003, 559 p.
REID Anthony, Southeast Asia in the Age of Commerce (1450-1680), New Haven, Yale University Press, tome I, 1990, 272 p., tome II, 1995, 405 p.

ROY Olivier, L’échec de l’islam politique, Paris, Seuil, 1992, 251 p.

ROY Olivier, L’islam  mondialisé,  Paris, Seuil, 2002, 209 p.

SFEIR Antoine, Dictionnaire mondial de l’islamisme,  Plon, Paris, 2002.

THORAVAL Yves, Dictionnaire de civilisation musulmane, Paris, Larousse, coll. Références, 1995, 332 p.

L’islam en Asie du Sud-Est :

ANWAR Ibrahim, The Asian Renaissance, Singapore-Kuala Lumpur, Time Books International, 1996, 159 p.

BENZINE Rachid, Les nouveaux penseurs de l’islam, Paris, Albin Michel, 2004, 289 p.

BERTRAND Romain, Indonésie : la démocratie invisible. Violence, magie et politique à Java, Paris, Karthala, 2002, 242 p.

DEFERT Gabriel, Les Rohingya de Birmanie : arakanais, musulmans et apatrides, Montreuil, Aux lieux d’être, 2007, 297 p.

FEALY Greg et HOOKER Virginia, Voices of Islam in Southeast Asia: A Contemporary Sourcebook, Singapore, ISEAS, 2006, 596 p.

FEDERSPIEL Howard, Persatuan Islam. Islamic Reform in Twentieth Century Indonesia, Ithaca, Modern Indonesia Project, Cornell University, 1970, 247 p.

FEILLARD Andrée, L’Islam en Asie, du Caucase à la Chine, Paris, La documentation francaise, 2001, 213 p.

GEORGE T.J.S., Revolt in Mindanao: The Rise of Islam in Philippine Politics, Kuala Lumpur, Oxford University Press, 1980, 294 p.

GILQUIN Michel, La Malaisie, Paris, Kerthala, 1996, 212 p.

GILQUIN Michel, Les musulmans de Thaïlande, Bangkok-Paris, IRASEC-L’Harmattan, 2002, xviii - 204 p.

GLORIA Glenda et VITUG Danguilan Marites, Under the Crescent Moon: Rebellion in Mindanao, Quezon City, Ateneo Center for Social Policy and Public Affairs, 2000, ix-327 p.
GOWING Peter, Understanding Islam and Muslims in the Philippines, Quezon City, New Day Publishers, 1988, ix-276 p.

GOWING Peter et McAMIS Robert, The Muslim Filipinos: Their History, Society and Contemporary Problems, Manila, La Solidaridad Publishing House, 1974, 311 p.

HEFNER Robert, Civil Islam: Muslims and Democratization in Indonesia, Princeton-Oxford, Princeton University Press, 2000, xxiv-286 p.

HOLT P.M., LAMBTON Ann et LEWIS Bernard (eds), The Cambridge History of Islam, vol. 2A, Cambridge, Cambridge University Press, 1977, 966 p.

HOOKER M.B., Islam in South-East Asia, Leiden, E.J. Brill, 1983, viii-262 p.

HOOKER M.B., Indonesian Islam: Social Change through Contemporary Fatawa, Sydney, ASAA Southeast Asia Publications, 2003. viii-262 p.

Jemaah Islamiyah’s Central Executive Council, Pedoman Umum Perjuangan Jemmah Islamiyah (PUPJI) [General Guidelines of the Struggle of Jemaah Islamiyah] traduit par The International Center for Political Violence and Terrorism Research (ICPVTR), Institute of Defense and Strategic Studies, Nanyang Technological University, Singapore.

JONGE (de) Huub et KAPTEIN Nico, Transcending Borders: Arabs, Politics, Trade and Islam in Southeast Asia, Leiden, KITLV Press, 2002, 250 p.

JUBAIR Salah, Bangsamoro, a Nation under Endless Tyranny, Kuala Lumpur, IQ Marin Sdn Bhd, 1999, 154 p.

KAHIN George Mac T., Nationalism and Revolution in Indonesia, Ithaca, Cornell University Press, 1952, xii-490 p.

KONINCK (de) Rodolphe, L’Asie du Sud-Est, Paris, Armand Colin, 2005, 361 p.

LANCRY Camille, De la recomposition identitaire des minorités : les Cham du Cambodge, mémoire de maîtrise de géographie, Université Sorbonne Paris I, Paris, 2001, 128 p.
.
LOMBARD Denys, Le carrefour javanais. Essai d’histoire globale, Paris, éd. de l’EHESS, vol. 2, 415 p. 

MACKIE James, Konfrontasi: The Indonesia-Malaysia Dispute 1963-1966, San Francisco, Oxford University Press, Boulder, 1964, 368 p.

METZGER Laurent, Stratégie islamique en Malaisie (1975 – 1995), Paris, L’Harmattan, coll. Points sur l’Asie, 1996, 192 p.
MUTALIB Hussin, Islam in Malaysia: From Revivalism to Islamic State ?, Singapore, Singapore University Press, 1994, 190 p.

NATHAN K.S. et KAMALI Mohammad Hashim, Islam in Southeast Asia: Political, Social and Strategic Challenges for the 21st century, Singapore, ISEAS, 2005, 388 p.
 
NOER Deliar, The Modernist Muslim Movement in Indonesia (1900 – 1942), Singapore, Oxford University Press, 1973, 215 p.

OSMAN Ysa, Oukoubah, Justice for the Cham Muslims under the Democratic Kampuchea Regime,Phnom Penh, Documentation Center of  Cambodgia,  2002, 112 p..

Mouvements musulmans combattants en Asie du Sud-Est :

ABBAS Nasir, Menbongka Jammah Islamiyah [Révéler la Jemaah Islamiyah], Jakarta, Guafindo, 2005.

ABUZA Zachary, Militant Islam in Southeast Asia: Crucible of Terror, London, Lynne Rienner, 2003, 281 p.

AHMAD Aijaz et GUTIERREZ Eric, Rebels, Warlords and Ulama: A Reader on Muslim Separatism and the War in Southern Philippines, Quezon City, Institute for Popular Democracy, 2000, 366 p.

BARTON Greg, Jemaah Islamiyah . Radical Islamism in Indonesia, Singapore, Ridge Books, 2005, 120 p.

BENDA Harry, The Crescent and the Rising Sun: Indonesian Islam under the Japanese Occupation 1842-1945, The Hague, W. van Hoeve, 1958, 321 p.

BIN KADER Abdul Halim (sous la direction de), Fighting Terrorism: Preventing the Radicalisation of Youth on a Secular and Globalized World, Singapore, Hampton Press, 2007, 319 p.

BOLAND B.J., The Struggle of Islam in Modern Indonesia, The Haye, Martinus Nijhoff, 1971, 283 p.

BURNHAM Gracia et MERRILL Dean, In the Presence of my Enemies, Carol Stream (Illinois), Tyndale House Publishers, 2004, 304 p.
 
CHE MAN Wan Kadir, Muslim Separatism: the Moros of Southern Philippines and the Malays of Southern Thailand, Singapore, Oxford University Press, 1990, 260 p.

CONBOY Ken, The Second Front. Inside Asia’s most Dangerous Terrorist Network, Jakarta, Equinox, 2005, 238 p.

DENGEL Holk, Darul Islam. Kartosuwirjos kampf um einen Islamischen Staat in Indonesien, Wiesbaden, Franz Steiner Verlag, 1986, 255 p.

DIJK Cees (van), Rebellion under the Banner of Islam : the Darul Islam in Indonesia, The Hague, Martinus Nijhoff, 1981, xxxv-409 p.

DOVERT Stéphane et MADINIER Rémy (sous la direction de), Les musulmans d’Asie du Sud-Est face au vertige de la radicalisation, Bangkok-Paris, IRASEC-Les Indes savantes, 2003, 146 p.

DUBUS Arnaud et REVISE Nicolas, Armée du peuple, armée du Roi : les militaires face a la société en Indonésie et en Thaïlande, Bangkok-Paris, IRASEC-L’Harmattan, Collection Analyses en regard, 2004, xx-256 p.

FEILLARD Andrée, Islam et armée dans l’Indonésie contemporaine, les pionniers de la tradition, Paris, L’Harmattan et Association Archipel, 1995, 379 p.

FEILLARD Andrée et MADINIER Rémy, La fin de l’innocence ? L’islam indonésien face à la tentation radicale de 1967 à nos jours, Bangkok-Paris, IRASEC-les Indes  savantes, 2006, 276 p.

FRECON Eric,  Pavillon noir sur l’Asie du Sud Est : histoire d’une résurgence de la piraterie maritime, Bangkok-Paris, IRASEC-L’Harmattan, 2002, 277 p.

GUNARATNA Rohan, Terrorism in the Asia Pacific: Threat and Response, Singapore, Eastern Universities Press, 2003, 256 p.

GUNARATNA Rohan, ACHARYA Arabinda et CHUA Sabrina, Conflict and Terrorism in Southern Thailand, Singapore, Marshall Cavendish Academic, 2006, 224 p.

Jemaah Islamiyah’s Central Executive Council, Pedoman Umum Perjuangan Jemmah Islamiyah (PUPJI) [General Guidelines of the Struggle of Jemaah Islamiyah] traduit par The International Center for Political Violence and Terrorism Research (ICPVTR), Institute of Defense and Strategic Studies, Nanyang Technological University, Singapore.
 
JONES David et SMITH Mike, Southeast Asia and the war against Terrorism: the Rise of Islamism and the Challenge to a Surveillance State, Singapore, Asian Perspectives, 2003, 275 p.

KANE Solomon et MARTIN Francis, Pirates et terroristes en mer d’Asie : un maillon faible du commerce mondial, Paris, Autrement, 2005, 126 p.

KANE Solomon avec la collaboration de RODRIGUEZ Noëlle Felicia, La croix et le kriss. Violences et rancœurs entre chrétiens et musulmans dans le sud des Philippines, Bangkok-Paris, IRASEC-les Indes savantes, 2006, xx-244 p.
KUNSTADTER Peter, Southeast Asian Tribes, Minorities and Nations, Princeton, Princeton University Press, 1967, 486 p.

LIM Joo Jock et VANI S. (eds), Armed Separatism in Southeast Asia, Singapore, Institute of South East Asian Studies, 1984.

MAJUL Cesar Adib, Muslims in the Philippines, Quezon City, University of the Philippines Press, 1999, 488 p.

PETERS Rudolph, Islam and Colonialism: the Doctrine of Jihad in Modern History, The Hague, Mouton Publishers, 1979, 245 p.

RAMAKRISHNA Kumar et TAN Andrew, The New Terrorism: Anatomy, Trends and Counter-strategies, Singapore, Eastern University Press, 2003, 254 p.

REID Anthony, Verandah of Violence: the Background of the Aceh Problem, Singapore, Singapore University Press, 2006.

RESSA Maria, Seeds of Terror: an Eyewitness Account of Al-Qaeda’s Newest Center of Operations in Southeast Asia, Washington, Free Press, 2003, 272 p.

SAMUDRA Imam,  Aku melawan teroris, [Je combats pour le terrorisme], Solo, Jazeera, 2004, 280 p.

SFEIR Antoine (dir.), L’islamisme à l’assaut de l’Asie du Sud-Est, Les Cahiers de l’Orient, n° 78, 2005.

SHIRAISHI Takashi, An Age in Motion: Popular Radicalism in Java, 1912-1926, Ithaca-London, Cornell University Press, 1990, 365 p.

SMITH Paul J. (ed.), Terrorism and Violence in Southeast Asia. Transnational Challenges to States and Regional Stability, London, M.E. Sharpe, 2005, 215 p.

TORRES Jose, Into the Mountains: Hostaged by the Abou Sayyaf, Quezon City, Claretian publications, 2001, 194 p.

WILSON John, PARASHAR Swati et WILLIAMS Clive, Terrorism in South East Asia: Implications for South Asia, Singapore, Pearson Education, 2005, 213 p.

YEGAR Moshe, Between Integration and Secession: The Muslim Communities of the Southern Philippines, Southern Thailand and Western Burma/Myanmar, Lanham, Maryland, Lexington Books, 2003, 412 p..

Atlas :

ABU KHALIL Shauqi, Atlas of the Qur’ân: Places, Nations, Landmarks, Riyadh, Maktaba Darus Salam, 2004, 392 p.
CHALIAND Gérard, RAGEAU Jean Pierre et JAN Michel, Atlas de l’Asie Orientale. Histoire et stratégies, Paris, Seuil, 1997, 223 p.

CHALIAND Gérard, Atlas du nouvel ordre mondial, Paris, Robert Laffont, 2003, 129 p.

SELLIER Jean, Atlas des peuples d’Asie méridionale et orientale, Paris, La Découverte, 2004 (nouvelle édition mise à jour), 208 p.

Divers :

AUVRAY Stéphane, GALANG Roberto et JIMENEZ-HALLARE Cristina, Élites et développement aux Philippines : un pari perdu ?, Paris, Irasec-les Indes savantes, 2003, 315 p.

CHOUVY Pierre Arnaud et MEISSONIER Joël, Ya ba, Bangkok-Paris, IRASEC-L’Harmattan, 2002, 312 p.

Collectif, L’état du monde 2006, Paris, La Découverte, 666 p.

IBN BATTUTA Muhammad, Voyages, Paris, FM-La Découverte, 1982, 3 tomes, 613 p.

POLO Marco, Le devisement du monde. Le livre des merveilles I et II, Paris, La Découverte-Syros, 1998, 341 p.

Rapports :

International Crisis Group, « Indonesia: Violence and Radical Muslims »,in Asia Briefing, n° 10, Jakarta-Bruxelles, 10 octobre 2001.

International Crisis Group, « Indonesia: The Search for Peace in Maluku »,in Asia Report, n° 31, Jakarta- Bruxelles, 8 février 2002.

International Crisis Group, « Al-Qaeda in Southeast Asia: The Case of the “N’Gukri network” in Indonesia »,in Asia Briefing, n° 20, Jakarta-Bruxelles, 8 août 2002.

International Crisis Group, « Impact of the Bali Bombings »,in Asia Briefing, n° 23, Jakarta-Bruxelles, 24 octobre 2002.

International Crisis Group, « After Bali: The Threat of Terrorism in Southeast Asia », in Asia Report, n° 43, Singapore-Bruxelles, 11 décembre 2002.

International Crisis Group, « Indonesia Backgrounder: How the Jemaah Islamiyah Terrorist Network Operates », in Asia Report, n° 43, Singapore-Bruxelles, 11 décembre 2002.

International Crisis Group, « Aceh: A Fragile Peace », in Asia Report, n° 47, Jakarta-Bruxelles, 27 février 2003.

International Crisis Group, « Myanmar Backgrounder: Ethnic Minority Politics », in Asia Report, n° 52, Bangkok-Bruxelles, 7 mai 2003.

International Crisis Group, « Aceh: How not to Win Hearts and Minds », in Asia Briefing, n° 27, Jakarta-Bruxelles, 23 juillet 2003.

International Crisis Group, « Jemaah Islamiyah in Southeast Asia: Damaged but Still Dangerous », in Asia Report, n° 63,  Jakarta -Bruxelles, 26 août 2003.

International Crisis Group, « Indonesia Backgrounder, Jihad in Central Sulawezi », in Asia Report, n° 74, Jakarta-Bruxelles, 3 février 2004.

International Crisis Group, « Islamism in North Africa 1: The Legacies of History »,in Asia Briefing, n° 12, Le Caire-Bruxelles, 20 avril 2004.

International Crisis Group, « Islamism in North Africa II: Egypt’s Opportunity », in Asia Briefing, n° 13, Le Caire-Bruxelles, 20 avril 2004.

International Crisis Group, « Southern Philippines Backgrounder: Terrorism and the Peace Process »,in Asia Report, n° 80, Singapore-Bruxelles, 13 juillet 2004.

International Crisis Group, « Indonesia Backgrounder, Why Salafism and Terrorism Mostly Don’t Mix ? », in Asia Report, n° 83, Jakarta-Bruxelles, 13 septembre 2004.

International Crisis Group, « Recycling Militants in Indonesia: Darul Islam and the Australian Embassy Bombing », in Asia Report, n° 92, Jakarta-Bruxelles, 22 février 2005.

International Crisis Group, « Understanding Islamism », in Middle East/ North Africa Report, n° 37, Singapore-Bruxelles, 2 mars 2005.

International Crisis Group, « Southern Thailand: Insurgency, not Jihad », in Asia Report, n° 98, Bruxelles, 18 mai 2005.

International Crisis Group, « Aceh: a New Chance for Peace »,in Asia Briefing, n° 40, Jakarta-Bruxelles, 15 août 2005.

International Crisis Group, « Weakening Indonesia’s Mujahidin Networks: Lessons from Maluku and Poso », in Asia Report, n° 103, Singapore-Bruxelles, 13 octobre 2005.

International Crisis Group, « Philippine Terrorism: The role of Militant Islamic Converts », in Asia Report, n° 110, Singapour-Bruxelles, 19 décembre 2005.
International Crisis Group, « Terrorism in Indonesia: Noordin’s Network »,in Asia Report, n° 114, Jakarta-Bruxelles, 5 mai 2006.

International Crisis Group, « Jihadism in Indonesia: Poso on the Edge »,in Asia Report, n° 127, Jakarta-Bruxelles, 24 janvier 2007.

International Crisis Group, « Southern Thailand: The Impact of the Coup », in Asia Report,n° 129, Bangkok-Bruxelles, 15 mars 2007.

International Maritime Bureau, Piracy and Armed Robbery against Ships, Annual Report 1st January-31 December 2004, Kuala Lumpur, Barking Essex: ICC International Maritime Bureau, 2005.

Ministry of Home Affairs, The White Book on Terrorism, Singapore, 2003.

US State Department, Patterns of Global Terrorism, Washington, 2001.

US State Department, Patterns of Global Terrorism, Washington, 2002.

US State Department, Patterns of Global Terrorism, Washington, 2003.

US State Department, Country Report of Terrorism, Washington, 2004.

US State Department, Country Report of Terrorism, Washington, 2005.

Articles et études :

ABUZA Zachary, Al Qaeda in Southeast Asia: Exploring the Linkages, Institute of Defence and Strategic Studies, Singapore, 7 mars 2003.

ABUZA Zachary, Three Years after the January 2004 Raids, the Insurgency in Southern Thailand is Building Momentum, Bangkok Post, 3 janvier 2007.

Agence France Presse, « L’Indonésie continue le combat contre l’extrémisme », 29 mars 2007.

AGLIONBY John, « Indonesia has best strategy in terrorism », in Financial Times, 6 mars 2007.

Associated Press, « Indonesian militant condemns bombings, but warns of more attacks », 17 mars 2007.

AVIHAHI Hillei, Aviation Terrorism: From Bargaining Chip to Strategic Agent, Tel Aviv, Institute for Counter Terrorism, 20 février 2007.

BAUDET Marie Béatrice,« La piraterie maritime inquiète  gouvernements et assureurs »,in Le Monde, 3 janvier 2006.

BECKMAN Robert C., Combatting Piracy and Armed Robbery in Southeast Asia: The Way Forward, Singapore, National University of Singapore, 2004.

BERTRAND Romain, « Religion et lutte antiterroriste en Malaisie », in  SFEIR Antoine (dir.), L’islamisme à l’assaut de l’Asie du Sud-Est, Les Cahiers de l’Orient, n° 78, Paris, 2005, p. 7-26.

BRUINESSEN Martin (van), « L’Asie du Sud-Est », in POPOVIC Alexandre et VEINSTEIN Gilles (dir.), Les  Voies d’Allah. Les Ordres mystiques dans le monde musulman des origines à aujourd’hui, Paris, Fayard, 1996, p. 274-284.
 
BRUINESSEN Martin (van), « Genealogies of Islamic Radicalism in Post-Suharto Indonesia », in South East Asia Research, Utrecht University, 2002, vol. 10, n° 2, p. 117-154.

CAREY Peter, « The Origins of the Java War 1825-1830 », in English Historical Review, 91, 1976, p. 52-78.

CHALIAND Gérard, « Dans un Afghanistan sacrifié pour l’Irak, les Talibans ont profité du vide », in Le Figaro, 6 janvier 2007.

CHALK Peter, « Separatism and Southeast Asia: The Islamic Factor in Southern Thailand and Mindanao », in Studies in Conflict and Terrorism, vol. 24, n° 4, 2001.

DAVIS M., « Laskar Jihad and the Political Position of Conservative Islam in Indonesia », in Contemporary Southeast Asia,  vol. 1, n° 24, avril 2002.

DUBUS Arnaud, « Musulmans malais, Thaïs bouddhistes : vers quelle cohabitation ? », in  Les cahiers de l’Orient,  n° 35, Paris, 1994, p. 41-56.

FALK Ophir et SCHWARTZ Yaron, « Terror at Sea – The Maritime Threat », Tel Aviv, Institute for Counter Terrorism, 25 avril 2005.

FAROUK Omar, « The Historical and Transnational Dimensions of Malay-Muslim Separatism in Southern Thailand », in Armed Separatism in Southeast Asia, Singapore, Institute of Southeast Asian Studies, 1984.

FEALY Greg, « Inside LaskarJihad »,in Inside Indonesia, n° 65, janvier 2001.

FEILLARD Andrée, « Les Oulémas indonésiens aujourd’hui : de l’opposition à une nouvelle légitimité », in Archipel, n° 46, octobre 1993.

FEILLARD Andrée, « Indonesian Traditionalist Islam’s Troubled Experience with Democracy (1999-2001) », in Archipel, n° 64, novembre 2002, p. 117-144.

FEILLARD Andrée, « Notes sur le 2ième congrès des Mujahidins d’Indonésie (Solo, 10-12 août 2003) : dilemme entre démocratie et violence », in CERI, 2004, http://www.ceri-sciencespo.org.

FEO (de) Agnès, « Les Chams Sot, dissidence de l’islam cambodgien », in L’islamisme à l’assaut de l’Asie du Sud-Est, Paris, Les cahiers de l’Orient, 2005, p.115-124.

FEO (de) Agnès, « Le royaume bouddhique face au renouveau islamique », in L’islamisme à l’assaut de l’Asie du Sud-Est, Paris, Les cahiers de l’Orient, 2005, p.112-113.

GHOSHAL Belader, « The Rise in Extremism: As Fundamentalists in Indonesia Strive to Control and Homogenize Islam, Social Harmony Is the First Casualty », Yale Global online, 3 avril 2007.
 
HASAN Noorhaidi, « Insearch of Identity: The Contemporary Islamic Communities in Southeast Asia », in Studia Islamica, vol. 7, n° 3, 2000.

HANIFF Hassan Muhammad, Questions and Answers on Jihad, Singapore, The Islamic Religious Council of Singapore, 2006.

HENDROPRIYONO M.H., The Continuing Jemaah Islamiyah Threat, Interview, Metro TV, 5 avril 2007.

HO Joshua, Report on Armed Robbery and Piracy in Southeast Asia, Singapore, Nayang Technological University, 2006.

International Crisis Group, How GAM Won in Aceh, briefing n° 61, 22 mars 2007.

Jamestown Foundation, « Islamist Militant Groups Infiltrating the Relief Effort in Aceh », in Terrorism Focus, 20 janvier 2005.
 
JONES Sydney, « Priorities for a GAM-Led Government in Aceh », in The Jakarta Post, 26 décembre 2006.

LE ROUX  Pierre, Les têtes nouvelles. Intrusion d’une forme rigoriste chez les Jawi malais de Thailande, IRASEC-UMR 9962-CNRS, université de Provence, 1994.

LEHR Peter, « Terrorism and Islamic Fundamentalism in the Northeast India-Bengladesh-Myanmar  Triangle »,  Edinburgh, St Andrew’s University Review, 2004.
 
LINTNER Bertil, « Religious Extremism and Nationalim in Bangladesh », in Religion and Security in Southeast Asia, Hawai, Asia Pacific Center for Security Studies, 2002, 14 p.

LINTNER Bertil, « Bangladesh: Extremist IslamistConsolidation », in Fault lines, vol.14, New Delhi, The Institute of Conflict Management, 2003.

MAC DOUGALL John M., Passive-Aggressive Jihad: A Preliminary Sketch of Darul Islam’s History from 1962 to the Present, Anthropology Department, Princeton University, 2004.

MAC DOUGALL John M., Sisyphus’s Stone in Fragments: Darul Islam from the 1980’s to the Present, Anthropology Department, Princeton University, 2005.

MAC DOWELL Robin, « Indonesia’s Secular Traditions Threatened », in The Jakarta Post, 4 mars 2007.

MADINIER Rémy, « Du temps des chameaux à celui du béton radioactif, les nouveaux usages islamistes du passé », in Archipel,n° 64, octobre 2002, p. 145-161.

MADINIER Rémy, « Espaces et réseaux de l’Islam radical en Asie du Sud-Est : le Daulah Islamiyah Nusantara à l’épreuve des sciences sociales », in SCHMITZ Jean et MOHAMMAD-ARIF Aminah (dir.), Les sciences sociales à l’épreuve du 11 septembre, Paris, EHESS, 2004, http://www.ceri-sciencespo.org.

MARCINKOWSKI Christophe, « Reviving Islam’s Classical Heritage », in The Strait Times, 15 juillet 2006.

MIGAUX Philippe, « Origines et Réalités de l’Islam Activiste », in CHALIAND Gérard, Les stratégies du Terrorisme, Paris, Desclées de Brower, 213 p.

MIGAUX Philippe, « Les racines de l’Islamisme radical »,  in CHALIAND Gérard, BLIN Arnaud (dir.), Histoire du terrorisme, de l’antiquité à Al Qaïda, Paris, Bayard, 2006.

MYDANS Seth, « A Rebel Takes the Reins in Indonesian Orovince», in International Herald Tribune, 28 mars 2007.

NOOR Farish, « Islam et politique en Malaisie : une trajectoire singulière », in Critique Internationale, n° 13, 2001, p. 13-118.

PAVLOVA Elena, From Counter-Society to Counter-State: Jemaah Islamiyah according to PUPJI, n° 117, Singapore, Institute for Defence and Strategic Studies, 14 novembre 2006.

REID Anthony, « Understanding Melayu (Malay) as a Source of Diverse ModernIdentities »,in Journal of Southeast Asian Studies,32 (3),Singapore, octobre 2001, p. 295-313.

ROFF William, « South-East Asian Islam in the Nineteenth Century », in HOLT P.M., LAMBTON Ann et LEWIS Bernard (eds), The Cambridge History of Islam, vol. 2A, Cambridge, Cambridge University Press, 1977, p. 155-181.

ROFF William R., « Islamic Movements: One or Many? », in Islam and the Political Economy of Meaning, London, Croom Helm, 1987, p. 31-52.

ROFF William R., « The Propagation of Islam in the Malay Archipelago »,in Indonesia, n° 73, Cornell Southeast Asia Program, 30 avril 2002.

SCHULZE K.E., « The Free Aceh Movement (GAM): Anatomy of a Separatist Organization », in Policy Studies, n° 2, Washington, East West Center, 2004, 76 p.

SENGUPTA Somini, « Bangladesh Executes 6 Islamist Militants », in International Herald Tribune, 1ier avril 2007.

SURIN PITSUWAN, « The Lotus and the Crescent: Clashes of Religious Symbolism in Southern Thailand », in  SILVA (de) et al., Ethnic Conflicts in Buddhist Societies: Sri Lanka, Thailand and Burma, Bangkok, Westview Press, 1988.

 
Présentation de l'ouvrage : >>>  
*