Lignes de Repères Lignes de Repères Lignes de Repères Lignes de Repères
  Lignes de Repères
  Accueil   Lignes de Repères
  Lignes de Repères
Présentation Lignes de Repères
  Lignes de Repères
Catalogue Lignes de Repères
  Lignes de Repères
A paraître Lignes de Repères
  Lignes de Repères
News Lignes de Repères
  Lignes de Repères
Mises à jour Lignes de Repères
  Lignes de Repères
Dossiers thématiques Lignes de Repères
  Lignes de Repères
Evénements Lignes de Repères
  Lignes de Repères
Votre avis Lignes de Repères
  Lignes de Repères
Contacts Lignes de Repères
  Lignes de Repères
Partenaires Lignes de Repères
  Lignes de Repères
Crédits Lignes de Repères

 

Lignes de Repères
 

 
 

 
Les nouveaux risques infectieux
 
DOSSIER THEMATIQUE autour de l’ouvrage

Les nouveaux risques infectieux. Grippe aviaire, SRAS,
et après ?

Didier RAOULT

272 pages
Prix : 19 €
Sortie : novembre 2005


Liens Internet
Articles de presse

L’actualité de ce vaste sujet est évidemment dominée par la grippe aviaire. C’est ainsi qu’en quelques semaines les moins scientifiques d’entre nous sont devenus des familiers de H5N1…Et que les ventes de vaccins contre la simple grippe ont battu des records.

Chacun garde en mémoire les épisodes infectieux récents, tels que la listéria, les steaks hachés contaminés ou encore les fièvres hémorragiques. Les risques infectieux sont donc multiples.

La raison d’être de ce dossier thématique est de suggérer au lecteur de l’ouvrage de Didier Raoult (et aux autres) quelques pistes pour approfondir le sujet, avec toute la subjectivité de l’éditeur. Sans céder à la panique.
 

  LIENS INTERNET

Outre les autorités (Ministères, notamment), beaucoup de médias ont réalisé des dossiers.
Essentiellement sur la grippe aviaire bien entendu :

Radio France :
http://www.radiofrance.fr/rf/documentation/dossiers/liens/?rid=235000166&arch=1

BBC :
http://news.bbc.co.uk/1/hi/in_depth/world/2005/bird_flu/default.stm

Futura Sciences :
www.synomia.fr/sitesearch/consult5/index.php?mid=7b6a6a93d54fdc8e0ba35d4fa37d7011&l=fr

Mais aussi sur les maladies infectieuses en général :

Institut Pasteur :
http://www.pasteur.fr/actu/presse/dossiers/malinfectieuses/index.htm

*

   ARTICLES DE PRESSE

On lira ci-dessous des synthèses de trois articles donnant des éclairages intéressants.

Le Monde du 24 novembre 2005, portrait de Jean-Philippe Derenne, auteur de l’ouvrage « Pandémie, la grande menace » Fayard.
Ariane Chemin y dresse un portrait flatteur du chef du service de pneumologie réanimation de la Pitié Salpetrière. On y découvre une personnalité riche, homme de sciences et cuisinier passionné. Mais pas grand-chose sur le livre qu’il a écrit cet été avec François Bricaire, dont titre et sous titre sont tout de même assez « anxiogènes » !

Le Monde du 17 novembre 2005, article consacré au Tamiflu.
Yves Mamou et Jean-Yves Nau retracent la saga de ce médicament qui, à en croire certains, pourrait sauver l’humanité.
Le Tamiflu (nom scientifique : phosphate d’oseltamivir) est créé il y a une dizaine d’années, par un petit laboratoire, Gilead. Celui-ci cède l’exclusivité à Roche, faute de moyens de développer le produit. Mais ce traitement antiviral de la grippe se vend mal, sauf au Japon. En 2004, avec l’apparition de la grippe aviaire, les choses changent, notamment parce que l’OMS passe pour avoir recommandé le traitement (ce dont cette organisation se défend aujourd’hui). De fait, les ventes de Roche explosent, alors que l’efficacité de cet antiviral en cas de pandémie n’est pas prouvée ! Des cas d’effets secondaires graves ont été rapportés. Une résistance au traitement est possible, d’autant plus probablement qu’il sera largement prescrit. Bref, la constitution de stocks s’apparente à une application du principe de précaution.
Cette fébrilité, si on ose dire, explique l’apparition d’autres conflits. Roche et Gilead sont en conflit, pour des questions évidemment financières. Roche, titulaire de l’exclusivité jusqu’en 2016, voit la pression augmenter pour céder des licences à des producteurs de génériques. Mais comment augmenter les capacités de production aussi massivement, sans être sûr que le Tamiflu sera un traitement antiviral pérenne ?

The Economistdu 22 octobre 2005, surtout consacré aux aspects économiques.
L’article rappelle d’abord que l’épisode actuel de grippe aviaire est né en 2003, en Corée du Sud. Le risque de mutation vers une forme humaine est réel, puisqu’une telle mutation se produirait 3 à 4 fois par siècle ! Il est toutefois impossible de prévoir la mortalité d’une épidémie, puisque la sévérité de la maladie est inconnue ; certaines projections font état de 2 à 7 millions de morts dans le monde.
Quelles conséquences aurait une épidémie ? L’article cite une étude israélienne, menée par Ran Balicer, qui prouverait que l’achat massif de Tamiflu est un investissement intéressant, même avec toutes les incertitudes affectant cette décision, même si les budgets sont conséquents. Toutefois, pour traiter avec ce médicament 20% de la population mondiale, il faudrait 20 ans de production !
Les effets économiques (directs, par maladies voire décès, et indirects, par l’absentéisme et les désordres provoqués) dépendent largement du degré de préparation des pays face à l’éventuelle épidémie ; les Etats-Unis, par exemple, sont en retard. Si 15% de la population y était touchée, le coût pour la collectivité atteindrait 93 milliards de dollars.
En conclusion, il est essentiel d’éradiquer la maladie à sa source : en moins de 21 jours, pour être précis. Une fois l’épidémie enclenchée, elle devient difficile à contrôler ; d’autant que la production d’un vaccin prendrait de 4 à 6 mois.
Plus que jamais, l’humanité, découvrant sa globalité, ne peut se désintéresser du sort des plus lointains de ses frères.

 
Présentation de l'ouvrage : >>>  
*